Située au cœur du Pays Haut Languedoc et Vignobles, Bio Orb PPAM a été constituée pour participer à la dynamique agricole du territoire à travers la mise en culture de Plantes à Parfums Aromatiques et Médicinales en agriculture biologique. Pour cela elle œuvre main dans la main avec des agriculteurs, des entreprises et des acteurs publics du territoire et participe à la diversification agricole, à la reconquête des friches et à la création et l’expansion de la filière des Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinale de l’Hérault. Elle tient également un rôle social et économique majeur dans l’amélioration des revenus tant pour les agriculteurs que les ouvriers et saisonniers agricoles

Historique :
En 2013, une association d’agriculteurs du nom de Bio Orb PPAM est constituée. Elle compte une petite dizaine de membres fondateurs. Elle a participé à la fondation de la filière PPAM sur le territoire du Pays Haut Languedoc et Vignoble et à sa dynamisation, notamment en participant à des expérimentations avec le CIRAD et la Chambre d’Agriculture de l’Hérault.
En 2017 l’Association change de statut pour devenir une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC). La mise en culture en vue d’une production à plus grande échelle débute à cette période. L’espèce principalement plantée est l’hélichryse (ou immortelle).

En 2018, le nombre d’adhérents à la SCIC est de (trouver chiffre)
Des projets de grande envergure se lancent : réflexion sur la création d’un alambic, achat de récolteuse, formation des adhérents à la culture des PPAM. Participation active à des réunions de filière dans les régions avoisinantes. Première vente d’huile essentielle d’hélichryse.
En 2019, Implication dans la création du label « Bio Equitable en France ». Plantation de nouvelles espèces telles que Thym et Romarin.
En 2020, premières récoltes de Thym et de Romarin. Nombreux candidats à l’entrée au sein de la SCIC dans le collège « Agriculteurs » dont (trouver le chiffre) primo-installés.
La SCIC œuvre sur 3 grands volets qui sont donc l’environnement, l’économie et le social. Cela s’exprime à travers différents axes :

  • La sécurisation du risque marché : la coopérative est un outil de gestion pour la matière première, elle identifie les acheteurs, contractualise, diversifie les réseaux commerciaux, rémunère au juste prix
  • l’amélioration des pratiques environnementales : nombreuses expérimentations pour la diversification des cultures, une culture en bio, la préservation de la ressource en eau par des cultures adaptées
  • la lutte contre l’isolement en milieu rural, maintien et mutualisation des emplois, soutien aux publics fragiles. Le but du GIEE (qu’est-ce que ? A expliquer plus haut) est de valoriser et amplifier la démarche. Les actions reposent sur des agriculteurs motivés et volontaires prêt à transmettre leur savoir faire à tout nouvel agriculteur coopté et soucieux d’adhérer à l’esprit et la réalisation du programme « Développement d’une filière PPAM »